Quand créer le job de ses rêves redonne du sens

27 Juin 19

Temps de lecture < de 3 min

Temps partagé, freelance, coworking, télétravail, etc. Les nouvelles formes d’emploi séduisent de plus en plus de workers en recherche de sens. Dans une société en pleine mutation où 65% des futurs métiers n’existent pas encore, oser rêver sa carrière devient un excellent moyen d’allier épanouissement et succès professionnel.

Fais de ton job un rêve…

  • Quand je serai grand.e, je serai happiness officer et producteur.ice de yaourts bio.
  • Quand je serai grand.e, je travaillerai dans le webmarketing et deviendrai pyrotechnicien.e.
  • Quand je serai grand.e, je serai PDG de moi-même.

Et si, plus tard, nos enfants se représentaient le monde du travail autrement, sans barrières ni codes limitants ?

Florence Glouche, consultante changement chez GFI, a fait de l’épanouissement professionnel son cheval de bataille. Présente lors du Web2day à Nantes, le 5 juin dernier, elle s’est longuement exprimée sur le sujet.

Fais de ton job un rêve et d’un rêve, une réalité. Le plus important est de trouver un métier qui vous éclate et d’être payé.e pour le faire !“

Selon elle, il n’y aurait plus de frein à être payé.e (cher parfois) pour exercer un job que l’on aime, tout en se sentant utile et sans effort. L’intervenante va encore plus loin en affirmant que 65 % des métiers de 2030 n’existent pas encore. L’idée de se créer un job sur-mesure et à succès plutôt que de subir les évolutions à venir et se retrouver au placard prend alors tout son sens. Seulement, dans un monde où le “bosser dur“ et les sacrifices sont gages de réussite, il n’est pas toujours facile de mettre cette vision innovante en application.

La méthode ikigai pour mieux se connaître

Venu tout droit de l’île japonaise d’Okinawa, connue pour ses habitants centenaires, l’ikigai (traduit par “joie de vivre ou “raison d’être“) a franchi nos frontières occidentales pour envahir notre vision du travail. Véritable philosophie de vie, l’Ikigai est un peu cette boussole interne, ce besoin de sens qui nous pousse à nous lever le matin pour créer, penser, façonner, agir.

Appliquer ce modèle de vie dans le travail serait, selon Florence Glouche, source de bien-être et d’épanouissement professionnel. Pour connaître son ikigai, le plus simple est encore de se poser les bonnes questions sur ses aspirations professionnelles en reprenant le modèle ikigai classique (cf. Image ci-dessous).

En s’interrogeant sur les points suivants, votre vision du travail et le modèle adapté seront alors mis en exergue :

  • Quels sont mes plaisirs ?
  • Quelle est ma zone de compétences ?
  • Quels sont mes talents cachés ?
  • Qu’est ce que je fais mieux que personne (mon trait de génie) ?
  • Quels sont mes besoins réels ? (salaire, valeurs, éthique professionnelle, confort, etc.)
  • Quel business model me correspond ?

“Vivre petit ne rend pas service au monde.“

Nelson Mandela

Temps partagé : un job à la carte

Parmi les nouvelles formes d’emploi, le temps partagé est en voie de développement et porteur d’avenir. Les entreprises recherchent des compétences pour leur développement mais n’ont pas forcément besoin de recruter à temps plein. Ce format idéal pour l’employeur peut aussi être très épanouissant pour le worker qui souhaite travailler pour plusieurs entreprises mais aussi à temps partiel.

Pour certains, c’est aussi l’occasion de se dégager du temps personnel, familial ou associatif. Pour d’autres, c’est un excellent moyen de cumuler les expériences dans différentes sociétés ou de lancer sa propre activité en freelance ou autre. 

Ajoutons à cela les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) qui forcent les entreprises à repenser leurs modèles existants. De nouveaux travailleurs nomades secouent les codes en bossant de chez eux ou dans des espaces de coworking, découlant sur le télétravail pour les personnes en CDI à temps plein.

Chez Kom&Do, travailler autrement, entre confort et innovation, est une priorité.

Retrouvez l’histoire de Kom&Do et la passion de ses fondateurs, Jérôme et Jean-François, ici.

Ces articles pourraient vous intéresser

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer