Retour sur l’intervention de Jean-François Bertrand à l’AG de l’Ordre des Experts Comptables

Jean-François Bertrand, co-fondateur de Kom&Do :

Je suis un défenseur du management ouvert : développer l’autonomie des collaborateurs sans oublier de les accompagner… Ma conviction supplémentaire : on peut être très professionnel tout en s’amusant au travail, ce qui correspond aux attentes des salariés d’aujourd’hui. 

Quelle est l’activité de Kom & Do ?

Kom & Do est une entreprise de travail à temps partagé. Nous embauchons des personnes en CDI au sein de notre société pour les mettre à disposition de nos clients, à temps partiel.

Pourquoi avoir créé cette entreprise et comment avez vous eu l’idée ?

Auparavant j’ai été RRH pendant 10 ans dans deux grands groupes agroalimentaires et notamment un RRH Partagé. Mon job était de mettre en place la fonction RH dans des PME du groupe qui avait besoin de cette fonction mais pas sur du temps plein. J’ai ensuite rencontré mon associé Jérôme qui partageait les mêmes valeurs humaines que moi et la même vision.

De quelle vision parles tu ?

Nous avons constaté que ce type de fonctionnement peut intéresser beaucoup d’entreprises. Les entreprises ont besoin d’intégrer des compétences pour se développer ou se structurer mais elles n’ont pas besoin ou les moyens de recruter à temps plein.

De quels types de compétences ?

Nous recrutons des personnes sur 3 domaines : les fonctions supports (Office managers, RH, Contrôleur de gestion…), les fonctions commerciales et les fonctions digitales notamment celles du Webmarketing ou de Chef de projet Web.

Cette approche est innovante notamment pour l’organisation des entreprises ?

Oui tout à fait. Cela amène les dirigeants d’entreprises à revoir leur modèle d’organisation. Bien souvent, et tout particulièrement dans les PME, les dirigeants pensent encore temps plein pour chaque besoin de ressources. Cela peut entrainer des difficultés de recrutement ou amener les dirigeants à faire de choix car ils n’ont pas forcément les moyens de recruter un DAF, un RH , un commercial et un Chef de projet Webmarketing à temps plein. Cette approche s’inscrit vraiment dans les nouvelles visions d’organisation du travail mais tout le monde n’est pas encore prêt. Je suis confiant çà va venir très vite.

Cette nouvelle façon de travailler est surtout adaptée aux attentes des salariés d’aujourd’hui ?

C’est vrai. Je suis conscient que beaucoup de personnes restent encore accrochées à leur CDI à temps plein mais une part grandissante de salariés n’ont plus du tout cette attente. Ces personnes recherchent avant tout de la flexibilité dans leur organisation et du sens à leur travail.

Qu’est-ce-que tu entends par flexibilité ?

De plus en plus de personnes ne souhaitent pas forcément travailler à temps plein pour des raisons très diverses : familiales, associatives ou même professionnelles. Nous avons plusieurs salariés qui travaillent pour  Kom & Do à temps partiel et se gardent du temps pour développer leur propre entreprise.

Et tu parlais du sens au travail ?

Vous le savez sans doute mais le sens au travail est le critère numéro 1 des salariés pour ne pas quitter leur emploi, devant la rémunération et ceci depuis plusieurs années déjà. On entend par sens au travail tout un ensemble de facteurs : intérêt des missions bien sûr mais aussi l’autonomie, la reconnaissance, les valeurs de l’entreprise, la visibilité sur la stratégie de l’entreprise, la rapidité du processus de décision… Ces constats sont surtout liés à des problématiques de générations. On ne peut plus manager les collaborateurs comme on l’a vécu au début de notre carrière (je dis çà pour moi car c’était juste pour le début de ma carrière). Je prends mon exemple, mes valeurs travail sont les mêmes que mes parents : la reconnaissance pour ceux qui travaillent le plus…

Tout çà c’est FI-NI et il faut vraiment l’intégrer ! Les attentes des salariés ont beaucoup évolué ces dernières années avec la génération Y, les millenials… Ces approches nouvelles ont fait évoluer les mentalités et cela concerne tous les salariés quel que soit leur âge. Aujourd’hui on retient les collaborateurs avec notre culture d’entreprise, l’intérêt des projets qu’on leur confie… On ne les retient plus avec la sécurité de l’emploi ou la rémunération. Les salariés veulent des missions intéressantes, de la reconnaissance, une culture d’entreprise qui leur correspond, de bonnes conditions de travail…

La Qualité de Vie au travail c’est vraiment un thème d’actualité ?

Oui c’est un sujet d’actualité qui est passionnant. Personnellement, je pense qu’on en parle également beaucoup car les dirigeants, les managers ont compris (on vont bientôt comprendre) que c’est un levier essentiel pour la performance de leurs entreprises. Un salarié qui se sent bien est plus productif, on limite le turnover, les arrêts maladies et on augmente l’attractivité de son entreprise pour embaucher et garder les meilleures compétences. Ce n’est plus une option, il faut l’intégrer. En échangeant avec des experts comptables, j’ai souvent entendu parler de problématiques de recrutement de collaborateurs. C’est primordial d’intégrer ces éléments et de se remettre en cause. Je ne suis pas Expert Comptable mais je devrais peut être vous avouer quelques-chose : j’ai encore l’image du cabinet comptable, très hiérarchisé avec une segmentation des tâches, un management très traditionnel. En bref, un fonctionnement très adapté aux jeunes…. Mais aux jeunes d’il y a 15 ans ! Ces modes de fonctionnement, quoi qu’on en pense, c’est fini.

Donc, il faut que toutes les entreprises installent un babyfoot et/ou un toboggan dans leurs locaux c’est çà ?

Surtout pas ! Il faut surtout que les actions mises en oeuvre soient adaptées au métier et à la culture de l’entreprise. Cela ne sert à rien d’installer un Babyfoot, il faut avant tout travailler sur le management, la formation des managers, les outils de connaissance de soi, organiser ses rituels de management. On ne va pas forcément demander leur avis à tous les collaborateurs sur la stratégie de l’entreprise, on est d’accord c’est le rôle du dirigeant. Par contre, on peut impliquer les collaborateurs pour définir comment on va atteindre les objectifs. Il faut impliquer vos collaborateurs pour définir la vraie culture de votre entreprise et ensuite les impliquer encore dans les actions à mettre en oeuvre pour qu’ils se sentent bien au travail. Cela peut passer par un besoin de ressources, Romain THOME (Cabinet Coudray) vous parlera juste après de leur recrutement d’un office & happiness manager, c’est un poste qui se prête bien au temps partiel !

Quels sont les avantages du temps partiel pour l’entreprise ?

Le recours à nos prestations à temps partiel permet d’accéder aux compétences d’une personne expérimentée en ajustant le temps de mise à disposition au besoin de l’entreprise cliente. C’est également une prestation donc les entreprises clientes n’ont pas à embaucher les personnes. Elles confient ces missions à des professionnels dont l’expertise est de recruter les bonnes personnes et de les accompagner ensuite dans le management.

Et les inconvénients ?

Ce type de fonctionnement demande une bonne organisation de la personne qui sera recrutée. Il faut également penser à l’organisation de l’entreprise cliente pour bien intégrer la personne au sein de l’entreprise.

Es-ce que le temps partiel est adapté pour toutes les entreprises ?

Oui, le temps partiel est adapté à toutes les entreprises. Pour les petites entreprises, cela permet d’accéder à des compétences de professionnels que l’entreprise ne peut pas s’offrir à temps plein ou pour lesquelles la charge de travail n’est pas suffisante.

Ce type de service est également adapté à des entreprises plus importantes notamment pour accompagner des projets, palier à des remplacements ou tester de nouvelles fonctions.

Avez-vous des conseils pour les cabinets qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure ?

Le mieux c’est de se rencontrer pour bénéficier dans un premier temps d’un entretien conseil gratuit : bien recruter c’est d’abord bien analyser le besoin !

Quels sont les futurs projets pour Kom&Do ?

Nous continuons le développement de notre Kommunauté sur la Bretagne et projetons de nous développer sur Nantes.

Jean-François Bertrand, co-fondateur de Kom&Do

AG des Experts Comptables de Bretagne

Ces articles pourraient vous intéresser

Le métier de chargé(e) de communication

Le chargé de communication a pour mission de promouvoir l’entreprise en élaborant une stratégie 360 couvrant l’ensemble des leviers de communication ! Décryptage

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer