Illustration représentant des personnes en train de discuter - Korrectif
Ressources » Clichés métiers » Le Korrectif | 5 idées reçues sur le métier de chef.fe de projet RSE

Le Korrectif | 5 idées reçues sur le métier de chef.fe de projet RSE

4 février 2021
6 minutes
Clichés métiers

Dans la série des idées reçues, je demande le.a chef.fe de projet RSE !  La RSE a longtemps souffert d’une image peu élogieuse auprès des entreprises. Pourtant, sachez qu’en tant que dirigeant.e, elle est un outil précieux au service de votre marque employeur et de votre développement. On a décrypté pour vous 5 préjugés sur ce poste essentiel à votre activité sur le plan stratégique.

1. Chef.e de quoi ?

Et oui, la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) n’a pas toujours eu bonne presse ! Résultat ? On ne sait même pas, aujourd’hui, comment s’appellent ses ambassadeurs ! Chef.fe de projet RSE ? Ou bien responsable RSE, chef.fe de mission RSE, directeur.ice du développement durable, consultant.e RSE, etc. La liste est longue et chaque structure y va de son appellation.

En réalité, son intitulé importe peu. Regardons plutôt ce rôle stratégique pour votre structure. Ce fut un mauvais départ pour la RSE qui s’impose pourtant aujourd’hui comme une formidable grille de lecture utile au développement de votre activité ! Concrètement, à quoi sert-elle ? On vous en parle juste en-dessous.

2. C’est celui/celle qui met en place le covoiturage, c’est ça ?

Allons encore plus loin dans le cliché : n’oublions pas les trottinettes électriques, les déjeuners vegan, le compost, etc. Non, évidemment… Les actions du/de la chef.fe de projet RSE sont beaucoup plus vastes et importantes que cela.

Ce poste répond avant tout à 5 piliers majeurs :

1. Environnemental
2. Social
3. Économique
4. Territoriale
5. Gouvernance

Il ne s’agit donc pas ici de trier ses déchets. Ça tout le monde (ou presque) le fait déjà. Le.a chef.fe de projet RSE intervient au cœur des enjeux de l’entreprise, en étroite collaboration avec les dirigeant.e.s. Qu’il s’agisse de gouvernance, de répartition des fonds, de hiérarchie en entreprise, de gestion des achats ou de bien-être en entreprise, etc. Ses impacts sont multiples ! Il/elle aide les équipes dirigeant.es à se poser les bonnes questions pour la suite : A quoi sert mon activité concrètement ? Comment être plus utile à la société ? Comment mieux accompagner mes salariés ? Comment travailler de façon responsable avec mes fournisseurs ? Ce poste permet de croiser tous les sujets (environnement, social, économique…) tout en se projetant dans le monde d’après. Bref, le.a chef.fe de projet RSE apporte une vision à 360° de votre entreprise.

3. Ce n’est pas la com’ qui gère la RSE ?

Là encore, un cliché qui s’accroche ! En 2019, 48 % des salariés ne savaient pas qui était en charge de la RSE au sein même de leur société. Une statistique qui s’élevait à 60 % chez les non-managers*…

Alors non – soyons clair – cela ne concerne pas la com’. Chef.fe de projet RSE est un métier à forte valeur ajoutée avec des missions très précises et stratégiques. Son rôle est, certes, d’accompagner les dirigeants au cœur de leur business d’entreprise mais aussi de faire appliquer tous ces changements. Ces actions qu’il faut ensuite faire adopter au reste des équipes. Ainsi le duo collaborateur-dirigeant fera progresser la réflexion pour mieux développer la structure !

A quel moment intervient la communication ? Une fois la RSE mise en place au sein de votre entreprise, vous pourrez l’utiliser pour mettre en avant votre stratégie responsable.  Aujourd’hui, les entreprises doivent répondre aux attentes de leurs clients qui ont des exigences sur ces sujets. Il est important de pouvoir contribuer positivement à son environnement . De même pour vos recrutements. En travaillant votre image de marque, vous attirerez de nouveaux talents, enthousiastes à l’idée d’intégrer une entreprise engagée. Ainsi, 83 % des salariés issus d’entreprises dotées d’un service RSE considèrent que leur entreprise a un impact positif sur la société, contre 59 % des salariés dans les entreprises qui n’en ont pas*.

4. C’est trop compliqué à mettre en place

C’est, en effet, la vision de beaucoup d’entreprises. Certainement parce que certains mots font peur. Par exemple, en France, la norme RSE nationale s’appelle ISO 26 000. Oui, on vous l’accorde ça n’a pas l’air simple sur le papier… On imagine tout de suite la pile de dossiers et de conditions à remplir. De plus, la RSE est transversale et multi-sujets, on ne sait donc pas par où commencer. C’est là que le.a chef.fe de projet intervient pour vous guider. Pas de panique !

En réalité, tout dépend de la taille de votre structure, de vos enjeux et problématiques. Vous n’êtes pas obligé de tout régler du jour au lendemain. En fractionnant vos transformations étape par étape, vous maîtriserez ainsi votre budget et la réorganisation interne de votre entreprise. On ne va pas vous le cacher, faire entrer la RSE dans votre vie sera synonyme de changement. Pour le meilleur !

5. Ce poste est réservé aux grandes entreprises

Là encore, tout faux ! Au départ, la RSE a effectivement été une démarche imposée aux grandes entreprises car elles avaient des obligations de reporting (montrer leurs performances, leurs impacts environnementaux et sociaux). A cause du greenwashing que cela a suscité, la RSE ne s’est pas développée correctement.

Aujourd’hui, l’engagement est un argument de com’, soyons honnêtes. Beaucoup d’entreprises l’ont d’ailleurs bien compris. Pour preuve, en 2019, en matière de RSE la France se plaçait en 3e position sur le podium mondial des entreprises*. De plus, 50% des dirigeants de PME/ETI ont une véritable démarche RSE et 25% une démarche structurée avec un plan d’actions à court ou moyen terme*.

L’attente est donc forte de la part des PME qui ont simplement besoin d’être accompagnées dans leurs démarches pour démarrer du bon pied. Une manière efficace d’adopter un modèle économique plus résilient face à l’incertitude du monde d’aujourd’hui.

Vous souhaitez mettre en place une démarche RSE dans votre entreprise ? L’Agence Déclic et Kom&Do réunissent leurs expertises pour mettre à votre disposition une compétence RSE à temps partiel sans la recruter !

Ressources :
* Revue l’ADN – Les chiffres clés de la RSE
* Edition 2020, baromètre de perception de la RSE (Medef)
*Médiateur des entreprises et d’EcoVadis en matière de responsabilité sociale et environnementale (RSE)
*Le Lab BpiFRance

http://Photo%20de%20Bertille

Bertille Louveau

Merci pour votre lecture ! Chez Kom&Do, nous avons à coeur de vous partager de l'expertise, de l'information et une touche de fraîcheur dans chacun de nos articles.