bannière article faire la différence en entretien
Ressources » Candidature » Entretien d’embauche : 5 conseils pour faire la différence

Entretien d’embauche : 5 conseils pour faire la différence

12 octobre 2021
7 minutes
Candidature

Un entretien d’embauche est toujours un moment clé mais aussi stressant dans la vie d’un candidat. Le poste te plaît beaucoup ou alors te cherches absolument du travail. Bref, se mettre la pression est facile. Tu as décroché un entretien ? Formidable ! Vient alors le grand moment de la préparation. Comment faire la différence en entretien d’embauche ? Nous avons posé la question à Jérôme, responsable activité recrutement et Elisabeth, chargée de recrutement chez Kom&Do ! On te dit tout.

Experts recrutement de Kom&Do

Conseil n°1 : L’art d’être soi-même en entretien d’embauche

Sans doute le plus difficile à appliquer et pourtant le plus important des conseils. “On a souvent tendance à “diaboliser“ le recruteur. L’imaginant nous poser des questions pièges et chercher à tout prix à traquer nos faiblesses. Quelle source de stress ! En réalité, le recruteur a également un rôle à jouer durant l’entretien. Celui de rassurer le candidat et de proposer un échange sans rapport de force“ conseille Elisabeth.

Il n’est donc pas nécessaire de jouer un rôle pour tenter de convaincre à tout prix ton interlocuteur. Ni de tenter de cacher ses failles. Cela ne sert à rien de mentir non plus. C’est une perte de temps pour tout le monde. Si tu n’as pas les compétences pour le poste, cela se verra très rapidement une fois embauché. De même pour l’entreprise. Si on te vend du rêve mais que la réalité est loin d’être aussi brillante, tu ne resteras pas longtemps à ce poste.

Même constat concernant ton salaire. Annonce dès le départ tes prétentions salariales et le recruteur en fera de même sur ce qu’il peut te proposer. Pour tes disponibilités, si tu assures être disponible dans une semaine, sois en sûr. “Il m’est déjà arrivé de rencontrer un candidat avec qui nous avions calé une date d’arrivée dans l’entreprise. Pourtant, il a repoussé à plusieurs reprises sa prise de fonction.“ Tu es en droit, bien sûr, d’attendre la même rigueur du côté de l’entreprise.

Il s’agit avant tout de faire connaissance, de poser des questions pour mieux se connaître. N’oublie pas que, toi aussi, tu dois être convaincu par l’entreprise. Elle doit te séduire et avoir des choses à t’offrir. “Le recruteur peut te proposer un emploi, c’est vrai. Mais il ne va pas faire basculer ta vie non plus. Si le poste ne t’est pas proposé, il y aura d’autres opportunités. C’est certain !

Conseil n°2 : Le titre du poste ne fait pas les missions

Pour être plus précis, si tu as – par exemple – été chargé de communication bénévole pendant 4 ans et que tu décides de t’engager dans cette carrière, tu es compétent ! Même si tu n’es pas passé par la case entreprise.

Pour Jérôme, c’est surtout une question de savoir-faire : “Tu sais, c’est ce syndrome de l’imposteur dont on entend beaucoup parler. Celui qui te dit que si tu n’as pas le diplôme, tu n’as pas les compétences. C’est faux ! Une femme qui aurait arrêté de travailler pour élever ses enfants tout en continuant de gérer le pôle administratif de son association a un savoir-faire. Il est important de le reconnaître et de le valoriser .

Autre point important, la rémunération ne fait pas la compétence. Tu peux être trois fois plus efficace dans une petite structure avec moins de budget qu’à la tête d’un service dans un grand groupe. La taille de l’entreprise et ce que tu gagnes n’ont rien à voir avec ce dont tu es capable. N’oublie pas cela lorsqu’il faudra te présenter.

Il faut montrer tes compétences lors de l’entretien pour mettre toutes les chances de ton côté. Ne pas hésiter à citer des exemples de missions exercées pour que le recruteur comprenne que tu as du potentiel. Remettez cela dans le contexte, donne un maximum d’exemple illustrant tes réalisations et fais des parallèles avec les attentes de l’entreprise que tu vises.

Conseil n°3 : Bien se renseigner sur l’entreprise

Et oui, c’est un classique et pourtant, ce n’est pas toujours le cas en entretien…“ précise Elisabeth. Ses conseils ?

  • Lors de l’entretien téléphonique de pré-qualification : note toutes les informations importantes mentionnées par le recruteur.
  • Liste toutes les informations que tu trouveras sur l’entreprise : nombre de salariés, nombre de services, nombre d’antennes en France ou à l’étranger, etc.
  • Prends le temps de faire de la veille en ligne : réseaux sociaux de l’entreprise, articles dans la presse, interviews du CEO, etc.
  • Renseigne-toi sur la/les personne(s) que tu vas rencontrer en entretien : profil LinkedIN, études, anciens postes, centres d’intérêt, etc.
  • Pose des questions, régulièrement. Plus tu en sauras et moins tu seras perdu sur les missions attendues.

Pour Jérôme, “un entretien, c’est comme un rendez-vous galant. Il faut se préparer à plaire et à être séduit en retour. Le recruteur, c’est un peu l’agent matrimonial de l’emploi. Il va chercher à s’assurer que le profil correspond au poste à pourvoir. Sois professionnel.“

Conseil n°4 : Savoir se présenter

Elisabeth se souvient d’un candidat rencontré en entretien :

😊 “Bon, je vous laisse me présenter un peu votre parcours.“

😳 “Ouh la… euuuuh, par où commencer ?“

Ce n’est pas possible. Avant d’arriver en entretien, on a réfléchi à ce qu’on allait dire. Il faut structurer sa présentation, anticiper les questions qui vont être posées, etc.

De préférence, raconte tes expériences passées de façon chronologique. De la plus ancienne à la plus récente. Cela permettra au recruteur de comprendre ton parcours, par où tu es passé et pourquoi tu as décidé de faire ces choix de carrière.

Egalement, pense à ramener un book, surtout pour les métiers de création (dessinateur en travaux publics, webdesigner, chargé de webmarketing, graphiste, etc.). Ainsi, tu pourras montrer plus facilement ce que tu es capable de faire et les outils que tu maîtrises. Si tu as aussi des projets personnels en lien avec ton métier, présente-les ! L’originalité est souvent récompensée.

Conseil n°5 : Être conscient de ses points faibles

Être conscient de ses points faibles te permet de mieux rebondir en entretien. Jérôme a beaucoup rencontré ce cas de figure en entretien. “Tu as un trou sur ton CV de deux ou trois ans. Il faut être capable de l’expliquer. Il n’y a aucun problème, c’est tout à fait accepté d’avoir fait autre chose dans sa carrière. Du moment que la réponse soit construite et cohérente.“

Au-delà des “points faibles“, il faut être en mesure de répondre aux questions difficiles en général :

  • Tu n’as pas d’expérience pour ce poste, pourquoi postuler ?
  • Qu’est-ce que tu n’aimais pas dans ton poste précédent ?
  • Qu’attends-tu de notre entreprise ?
  • Pourquoi penses-tu correspondre à notre entreprise ?

💡 Pour aller plus loin : Les questions difficiles en entretien

Plus tu seras préparé et plus tu seras serein le jour J. N’hésite pas à demander de l’aide à quelqu’un de ton entourage afin de répéter un peu avant ton rendez-vous.

Chez Kom&Do, nous prenons le temps d’analyser chaque profil afin de faire matcher le candidat qui correspondra le plus à notre client, aux missions et aux valeurs de l’équipe. Notre processus de recrutement dure environ 4 à 5 semaines. Lors de notre rencontre, nous prenons le temps d’échanger sur les expériences des candidats que nous recevons. Envie de postuler chez nous ? Découvrez nos offres en cours !

👀 Chez Kom&Do, on recrute et anime une Kommunauté de salarié.e.s en CDI pour les mettre à disposition de nos clients de 1 à 5 jours par semaine.

Jérôme Duval

Merci pour votre lecture ! Chez Kom&Do, nous avons à coeur de vous partager de l'expertise, de l'information et une touche de fraîcheur dans chacun de nos articles.