Le Korrectif | 5 idées reçues sur le métier d’expert.e-comptable

18 Juin 20

Temps de lecture < de 3 min

postes favorisent bien-être entreprise

Vous envisagez une carrière d’expert.e comptable ? La profession vous intéresse, tout simplement ? N’écoutez pas les idées reçues en repas de famille sur le sujet. Oui, le monde de la comptabilité a beaucoup à offrir ! Pour vous, on a déconstruit 5 préjugés sur ce métier aux nombreux atouts.

1

« La comptabilité, c’est chiant »

 

La grande gagnante des idées reçues… Détrompez-vous ! Le métier d’expert.e comptable est très enrichissant de par la diversité des contacts que l’on se crée. Les dirigeant.e.s que vous accompagnez évoluent dans des sphères différentes (TPE, PME, PMI, artisans, grands groupes, associations, agriculteurs, commerçants, etc.) et n’ont pas tous.tes les mêmes enjeux et stratégies. Cela vous permet ainsi de piloter de nombreux projets en toute autonomie. Les missions de l’expert.e comptable sont également très variées. Elles vont bien au-delà de la gestion de la comptabilité et des déclarations fiscales. Le rôle de l’expert.e comptable est aussi basé sur beaucoup de conseils :

  • Accompagnement quotidien des entreprises
  • Conseil en développement et pérennisation
  • Orientation stratégique
  • Qualités d’écoute et de proximité
  • Conseil en droit du travail et gestion sociale
  • Audit de l’entreprise (juridique, fiscal, social, organisationnel, assurance, informatique)

On vous en dit plus sur les missions de l’expert.e comptable !

2

« On passe 8 ans aux études »

 

Oui et non. Pour devenir expert.e comptable, il faut d’abord passer un DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion) de niveau master bac + 5 ou un master CCA (Master Comptabilité-Contrôle-Audit). Ensuite, vous n’êtes plus vraiment en études mais plutôt en “immersion“ pendant 3 ans au sein d’une entreprise ou d’un cabinet. Cette expérience professionnelle est, bien sûr, rémunérée et surtout très formatrice puisque l’étudiant.e travaille autant q’un.e collaborateur.ice.

En parallèle, vous avez des rapports semestriels à rendre ainsi qu’un mémoire au bout de ces 3 ans. Comme beaucoup d’autres cursus finalement. Toute cette période vous apportera de précieux conseils et beaucoup de savoir-faire afin de préparer votre examen final, le DEC (Diplôme d’Expertise-Comptable). Une fois votre diplôme en poche, vous pourrez vous inscrire à l’Ordre des Experts-Comptables.

Découvrez toutes les écoles de comptabilité et de gestion en France.

3

« C’est bien payé ! »

 

Oui ! Même si le montant du salaire évolue en fonction de l’expérience, de la localisation et du volume de contrats traités, on peut dire que l’expert.e comptable gagne bien sa vie. Rien qu’en début de carrière, un.e jeune salarié.e peut envisager un premier salaire autour de 2 500 € net / mois et sans les primes de bilan et d’intéressement selon l’ancienneté.

Un.e expert-comptable confirmé.e touche environ 70 000 € brut par an selon l’entreprise, le secteur et les responsabilités. Autre point important, c’est un métier qui ne connaît pas la crise ! On compte aujourd’hui 250 000 emplois dans le secteur du chiffres en France, en plein boom du recrutement. Plus de 50% des cabinets recrutent des profils juniors avec moins de 2 ans d’expérience (soit des dizaines de milliers de recrutement chaque année.) Sans oublier les perspectives de carrière au sein des cabinets qui cherchent vraiment à fidéliser leurs collaborateurs*.

*Une source Affiches Parisiennes (novembre 2019).

4

« Il faut être une flèche en maths »

 

Faux. Vous pourriez très bien avoir suivi une formation en arts du cirque avant ou avoir passé une licence en littérature mongole, rien ne vous empêche de devenir expert.e comptable si vous en avez envie. Bien sûr, il faut avoir une appétence pour les chiffres et aimer les manipuler mais si vous détestez la géométrie et le théorème de Pythagore, vous pourrez toujours faire carrière.  Rassurez-vous ! Les soft-skills de l’expert.e comptable sont :

  • Le sens du contact
  • L’autonomie
  • La rigueur et l’organisation
  • L‘expertise en gestion d’entreprise
  • L’adaptation

5

« Il n’y a pas beaucoup de femmes »

 

C’est vrai mais le secteur évolue ! Sur les 21 000 experts comptables que compte la profession en France, 6 000 sont des femmes, soit 28% selon l’Ordres des Experts-Comptables. Il y a 10 ans, elles représentaient seulement 15% de la profession.

Des efforts à maintenir donc en encourageant les jeunes femmes à se lancer dans cette carrière ! En 2019, le Prix de la Parité de l’Association des Femmes expertes-comptables a d’ailleurs récompensé trois cabinets qui se sont distingués par la qualité des mesures mises en places sur cette question de parité. On parle aussi de plus en plus de télétravail, de mi-temps, de temps partiel et de congé parental pour équilibrer la vie professionnelle et personnelle des expert.e.s comptables.

Ces articles pourraient vous intéresser

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer